.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.
Espace Publicitaire à louer

Affaire Azur : Gourna et Wanzet derrière la dernière grève sauvage ?


C’est le seul mot qui revient régulièrement, depuis quelques jours, des recoupements d’informations et des enquêtes menées par une équipe du journal « Le Démocrate », au lendemain du déclenchement de la grève du vendredi dernier par les cadres et agents de la société Azur. Ces sources ont affirmé et affirment que ce nouveau  mouvement de grève sauvage sur fond apparent  de contestations d’ordre social, serait en réalité une manœuvre du ministre des postes et télécommunications, M. Gourna Zacko qui serait farouchement opposé à la mise en œuvre de la mesure de rétrogradation du personnel de cette société de téléphonie mobile, à la demande de ses dirigeants et suite à l’avis technique de l’inspection générale de travail, régulièrement saisie à ce propos par le ministre de la fonction publique. Ce membre du gouvernement serait fortement soutenu dans cette conspiration de liquidation de ladite société avec à la clé le départ sans condition de son directeur général, M. Morel, par M. Wanzet ci – devant ministre de la sécurité publique qui n’aurait pas daigné faire déployer sur le terrain des forces de défense et de sécurité dans le but d’empêcher le trouble à l’ordre public créé par les grévistes et de faire assurer le fonctionnement normal de ses services.

Donc, un acte de refus qui ne pouvait être apprécié que comme un acte de soutien et mieux de complicité avérée aux grévistes, parmi lesquels se trouveraient des parents, amis et connaissances. Histoire d’éviter qu’ils ne se retrouvent dans la rue et qu’ils ne deviennent une charge pour eux.

Voilà un raisonnement qui ne peut faire prospérer la revendication de paiement de trois mois  d’arriérés de salaires dont souffriraient et le Groupe auquel appartient Azur et  toutes les autres sociétés Azur dans la sous – région. Seul ne peut se faire prévaloir que la défense d’intérêts particuliers, égoïstes et étrangers à ceux de la société, avec l’indéfectible soutien des hommes politiques qui veulent protéger les  cadres et agents détenteurs de faux diplômes et en finir avec M. Morel.

Fort de ce qui précède, il est grand temps que le président Touadéra puisse se saisir de ce dossier en se fondant sur les informations sus – évoquées et en tenant aussi compte des détails révélés par le journal en ligne www.lavoixdessansoix.com, en ces termes : « Affaire Azur : vers la rétrogradation ou la démission ?

Selon des informations dignes de foi en notre possession, le conseil d’administration de la société de téléphonie mobile dénommée Azur aurait décidé de recourir à la rétrogradation ou à la démission volontaire comme solution à la grève déclenchée par le personnel.

En effet,  il y a plus de trois (3) semaines déjà, les cadres et agents de cette entreprise avaient observé une grève sauvage, c’est – à – dire sans préavis, pour réclamer le paiement de trois (3) mois d’arriérés de salaires. En réalité, pour l’équipe dirigeante, ce mouvement de contestation ne serait qu’une réponse du personnel  à une mission de contrôle à l’interne ayant mis à jour une liste de détenteurs de faux diplômes. Pour ne pas avoir à se soumettre à la dure épreuve de réponse au questionnaire et à la traduction devant le conseil de discipline, ceux – ci, dont le nombre serait de 39,  auraient recouru au droit de grève. Histoire de se blanchir et d’alerter leur parapluie politique qui, de la primature au ministère de la fonction en passant par certains groupes de pression, n’aurait finalement pas eu raison de la détermination du conseil d’administration d’assainir cette entreprise pour plus de rentabilité, de rayonnement et  de crédibilité. Une option à laquelle aurait entièrement souscrit le président Touadéra.

Fort de cette décision, depuis lundi,  les cadres et agents de la société Azur détenteurs de ces faux diplômes, destinataires d’un questionnaire, seraient en train d’être auditionnés sur leurs qualifications et leurs profils exacts.  L’objectif recherché ici  serait la rétrogradation, c’est – à – dire leur prise en charge en fonction de leur vrai diplôme, ou la démission pure et simple.  Ceux qui auraient avoué leur forfaiture, accepteraient – ils volontiers de perdre leur salaire et leurs indemnités pour se contenter de maigres ressources ou se résoudraient – ils tout simplement à rendre leur tablier ? That’s the question ! Wait and see. Affaire à suivre ….. !  La Rédaction …. »

« Affaire Azur : Les preuves probantes de l’aveu des cadres et agents détenteurs de faux diplômes ( Acte I)

Comme  il a été annoncé, il y a déjà quelques jours, le journal en ligne www.lavoixdessansoix.com publie ci – dessous les preuves probantes de l’implication de certains cadres et agents de la société de téléphonie mobile Azur, dans la commission des actes de faux et usage de faux et de falsification de faux diplômes. Afin que nul n’ignore,  en  voici deux (2) exemples :

Affaire à suivre……! La Rédaction  ».

Affaire à suivre…. !

La Rédcation

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.