.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.
Espace Publicitaire à louer

Bambari : Ali Darass refuse de partir et menace M. Touadéra, M. Onanga et la Minusca en organisant in sit-in de protestation….


Sous pression d’Ali Darass, chef de l’UPC, les habitants, les commerçants et les vendeuses ont été contraints ce lundi à faire un sit-in devant la base de la Minusca. L’objectif : empêcher son départ de la ville. Du coup, la population se dit être prise en otage.


« Hier matin Ali Darass a réuni toutes les autorités locales pour les manipuler et les corrompre concernant son départ de la ville », a souligné un habitant sous couvert de l’anonymat. D’après ce témoin, Ali Darass a intimé l’ordre à la population de se « mobiliser et de manifester contre la Minusca ». Une « décision ferme et catégorique » a été imposée aux « commerçantes, commerçants et bouchers ». Ce matin pour cet habitant : « Nous avons fait un sit-in obligatoire ».

En réaction, l’UPC réfute toutes ces accusations de manipulation de la population contre la Minusca. Selon Souleymane Daouda son porte parole, la nouvelle sommation de la Mission onusienne à Ali Darass de quitter la ville le 21 février au plu tard, a poussé une partie de la population à manifester.

« Ce 18 février aux environs de 14h 30, une délégation des Nations unies composée de personnel civil et militaire, est venue rendre visite à Ali Darass pour lui passer un message : quitter la ville de Bambari au plus tard le 21 », a fait savoir le porte parole de l’UPC.

« Hier à 10h, Ali Darass a invité les chefs des communautés, des quartiers pour leur annoncer le message des Nations unies. La population civile s’est entretenue entre elle et a jugé nécessaire de fermer toutes les boutiques et ont décidé de faire une marche pacifique », a-t-il conclu

Arrestation de deux jeunes entre Ippy et Bambari

En plus de la situation à Bambari, les exactions perpétrées par les hommes armés de l’UPC se poursuivent. Deux jeunes gens ont été enlevés dans un convoi escorté par des soldats mauritaniens en provenance de Bria pour Bambari. Le rapt s’est produit à une barrière au village Tagbara (45 Km d’Ippy) tenu par les éléments d’Ali Darassa.

« Les véhicules ont quitté Bria samedi pour Bambari et ont passé la nuit à Ippy. Le lendemain, ils ont repris la route jusqu’au village Tagbara où est érigée une barrière de l’UPC. Les passagers ont été sommés de descendre pour un contrôle d’identification. Un jeune étudiant en provenance d’Ippy et un autre ont été immédiatement arrêtés et accusés d’être des Antibalaka », a expliqué Rufin Francis  Ouaténdé, député d’Ippy.

Selon l’élu de la nation : « des passagers ont contribué à hauteur de 150.000 francs CFA pour faciliter leur libération », une somme d’argent refusée par les hommes armés. Pour Rufin Francis Ouaténdé, la situation est critique puisque ces jeunes sont assimilés à des « Antibalaka ». Ils sont jusqu’aujourd’hui détenus dans un lieu tenu secret. Le député appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités pour assurer la libre circulation des personnes et des biens estimant que « le contingent mauritanien » ne respecte pas les termes du mandat onusien.

Source : RNL

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.