.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.

Beac : Quand les proches de Touadéra veulent ravir à Ali Chaïbou le poste du directeur national


Selon des informations dignes de foi en notre possession et émanant de sources très proches du dossier, l’actuel directeur national de la Beac, M. Ali Chaïbou, serait devenu l’homme à abattre par tous les moyens pour et par les proches du président Touadéra. Au seul motif que ce régime étant le leur, il ne saurait donc être  question que des  « quidam » ou des hommes dont ils ignorent tout de  l’origine politique, de  l’appartenance ethnique et surtout de  la confession religieuse ne puissent occuper ou prétendre occuper des hautes fonctions de l’Etat, dans le gouvernement, les administrations, les entités périphériques et dans les organismes internationaux dont est membre de droit l’Etat centrafricain.

C’est ainsi que  ces derniers temps, il règnerait une atmosphère glaciale au sein de cette institution financière sous – régionale  entre le directeur national et ses plus proches collaborateurs, jugés trop proches du régime du mathématicien de Boy – Rabé et de son cher aîné Sarandji. A telle enseigne que ces mêmes sources ont affirmé que, gêné et anxieux, l’intéressé aurait demandé à tout le personnel de la Beac, réuni ce jour – là à l’hôtel Ledger pour les festivités de nouvel an, plus d’esprit de collaboration, d’acceptation de l’autre et de cohésion sociale pour un meilleur devenir de leur entreprise . Le mot est donc  lâché :  « cohésion sociale ».  

Qui est con ? Comme les deux derniers régimes que le peuple centrafricain a connus dans ce pays, à savoir ceux du général d’opérette François Bozizé et du sanguinaire Djotodia pour ne citer que ceux – là, qui ont brillé par la nomination de leur homme  de main à ce poste hautement stratégique, ces thuriféraires du régime pensent que leur temps à eux serait déjà arrivé pour servir les autres, c’est – à – dire leur parrain, leur clan et leur organisation et s’en mettre aussi évidemment  plein la poche.

O tempora ! O mores !

Le candidat indépendant Touadéra n’a – t – il pas été élu sur la base de fermes, alléchantes et mielleuses promesses de la politique de rupture ? Comment peut – on  superbement ignorer cette belle promesse faite à tout un peuple fatigué de croupir sous le règne d’une certaine oligarchie, sans courir le gros risque de susciter un jour son mécontentement ? Ne savent – ils pas que la RCA est  désormais une démocratie et qu’en respect des dispositions de la constitution du 30 mars 2016 sur laquelle il a prêté serment, Touadéra a l’impérieuse obligation de rendre des comptes à ses électeurs qui ne sont autres que les différentes ethnies et diversités culturelles composant le  peuple centrafricain et auquel appartient cet homme  » de gros boubou » ? N’est – ce pas cette politique avérée d’exclusion qui a été l’une des causes de cette terrible crise dont nous souffrons, depuis 2012 à ce jour ?

Ceci étant dit, en voulant agir de cette manière, ils oublient non tantum que les temps ont changé, que l’heure est à la recherche de la paix, conformément aux promesses du candidat Touadéra qui avaient pour noms, entre autres, cohésion sociale, vivre – ensemble et réconciliation nationale, sed etiam foulent allégrement aux pieds les nobles valeurs et autres critères des diversités politique, raciale, ethnique, multiculturel et pluridisciplinaire qui fondent l’existence des organismes internationaux et servent de conditions  de sélection de leur candidature à différents postes de responsabilités.

A Touadéra et son cher aïné Sarandji qui ne cessent de dénoncer l’instrumentalisation de la crise actuelle à des fins intercommunautaires, dans leurs discours officiels,  de savoir lire au – delà des lignes et de comprendre qu’ils risquent de passer pour des ridicules s’ils acceptent de tomber sous le charme de ces laudateurs.  Car, ils ne peuvent pas  d’un côté  prôner le vivre – ensemble et de l’autre  se  laisser vertement  séduire par le projet en cours de l’éviction de tous les musulmans de leurs postes de responsabilités à la Beac.

Affaire à suivre….. !

Jean – Paul Naïba  

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.