.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.

Bouar : Bientôt le blocus du corridor Bangui – Garamboulaï par une nouvelle rébellion ?


Selon des informations généralement de sources dignes de foi au moment où nous mettons sous presse cet article, une nouvelle rébellion verrait bientôt le jour dans la ville très stratégique de Bouar, chef – lieu de la préfecture de la Nana – Mambéré, située à 450 km vers le nord – ouest de Bangui.

 Elle serait aux dires de leurs géniteurs la réponse la plus appropriée à l’indéfectible soutien que le président Touadéra accorderait régulièrement à son demi – frère, Sidiki, comme l’intéressé le laisserait entendre à tout le monde sans qu’il n’y ait une réaction contraire de la part de la présidence de la République.

 Sidiki ? Un mercenaire peuhl d’origine camerounaise qui aurait été reçu à plusieurs reprises par le mathématicien de Boy – Rabé qui lui aurait demandé lors de ces entretiens de l’aider à sécuriser la préfecture de l’Ouham – Pendé, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Un mandat dont il se sert sans fioritures et sans ambages pour tuer, violer, voler, incendier des habitations et greniers, et provoquer le déplacement en brousse des milliers de populations, femmes, hommes, enfants et personnes du 3ème âge.

Des actes de graves atteintes aux droits humains dont ne se soucie jamais Touadéra comme si ce mandat et la protection dont jouit son demi – frère Sidiki, seraient tout simplement l’expression d’un juteux marché : celui de tirer profits des transactions du vol et de la vente des bœufs dans toute la région. Une belle affaire dont il serait actionnaire majoritaire et dans laquelle d’importantes quotes – parts seraient régulièrement versées à son gouvernement.

Ce qui du coup justifierait son indéfectible soutien à son gouvernement qui a lamentablement échoué, d’une part, et  tout naturellement l’immobilisme et l’inertie totale  de Sarandji et de toute son équipe à l’égard de ce mercenaire qui n’est qu’un bandit de grand chemin, un égorgeur et un voleur de bétails, d’autre part.

Par conséquent, en adoptant pour la création de cette nouvelle rébellion dont la mission consisterait à bloquer le corridor Bangui – Garamboulaï et à asphyxier économiquement le pouvoir, leurs géniteurs qui seraient près à enclencher une procédure judiciaire le concernant devant la CPS, viseraient à contraindre Touadéra à changer de méthode à l’endroit de tous les seigneurs de guerre et à se séparer de son grand – frère, Sarandji et de son gouvernement dont l’échec est patent et dont la cote de popularité serait des plus bas niveaux dans l’opinion nationale et internationale….

Affaire à suivre….. !

Jean – Paul Naïba

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *