.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.
Espace Publicitaire à louer

Centrafrique : La situation humanitaire reste préoccupante


Arrivée en terme d’une visite de travail effectuée du 10 au 13 avril 2018 en République centrafricaine pour évaluer la situation humanitaire et  constater de visu l’impact des récents évènements  sur la population, le Directeur régional du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) pour l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale, M. Abdou Dieng a rencontré les professionnels de médias dans l’après-midi du 13 avril courant en présence du Représentant du PAM en Centrafrique M. Félix Gomez pour faire le point de la situation.

Cette mission de travail a permis non seulement au Directeur régional M. Abdou Dieng de rencontrer les autorités de la Minusca et  du pays avec qui ils ont discuté et échangé sur   la situation de la sécurité alimentaire en République centrafricaine mais surtout  de se rendre  à Paoua, une ville située dans la préfecture de l’Ouham-Pendé au nord du pays.

Selon M. Dieng la situation humanitaire en Centrafrique continue de se dégrader malheureusement. Car la réalité de Paoua en dit long. Plus de 100 mille personnes exposées à l’insécurité alimentaire et qui ont besoin de l’aide alimentaire. Et la majorité de ces personnes sont des agriculteurs qui n’ont pas pu cultiver la terre cette année, faute de l’insécurité du fait des groupes armés.

Plus de 500 mille réfugiés se trouvant dans les pays voisins n’ont pas encore regagné le pays ; 800 mille personnes déplacées ont été enregistrées.  Face à tous ces problèmes, une solution politique s’impose, a précisé le Directeur régional du PAM, M. Abdou Dieng. Ces données sont également des indicateurs qui prouvent que la situation n’est pas bonne.

En outre, l’accès dans certaines zones est inaccessible pour question de l’insécurité, de l’état de route impraticable d’où il faut parfois utiliser des moyens aériens…

Mais en attendant que la situation sécuritaire ne s’améliore pour que toutes ces personnes déplacées puissent regagner leurs villages et reprendre leurs activités agricoles, le PAM continue de leur apporter son appui multiforme.

C’est ainsi qu’en 2017, le PAM a apporté une aide à plus de 800 mille personnes et il entend aller au-delà pour atteindre 1,2 millions de populations en 2018. Et dans cette dynamique, aller plus vers des programmes de développement, serait viable que de continuer à donner et à secourir. Pour cela, il faudrait que la paix soit restaurée.

Quant au  représentant du PAM en Centrafrique, M. Félix Gomez, ce dernier  a fait savoir que si l’on a évoqué que de la ville de Paoua, c’est parce qu’elle accueille un nombre élevé des déplacés confrontés à des problèmes identiques à d’autres qui se trouvent dans les autres villes. M.Gomez a profité également de l’occasion pour souligner  que le programme du PAM couvre toutes les zones où se trouvent les déplacés et les acteurs du PAM  font toujours de leur mieux pour apporter leur appui à ces derniers là où ils se trouvent. Et que, selon lui,  il est important de comprendre que Paoua est la zone du programme de relèvement.

Fort de tout ce qui précède, et à en croire le Directeur régional du PAM de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale M. Abdou Dieng,  il  leur faut  en ce moment obtenir plus de 100 millions de dollars afin de  faire face à la situation qui prévaut en République centrafricaine.

Somme toute aussi longtemps que la situation sécuritaire continuera de laisser  à désirer, la sécurité alimentaire sera toujours menacée mais le PAM ne doit pas lâcher sinon…

Yan FOLO

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.