.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.

Massacre de Fatima : la Déclaration de la CRPS de Me Nicolas Tiangaye censurée par Ange Maxime Kazagui


DECLARATION DE LA CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL (CRPS) RELATIVE A L’ATTAQUE DE L’EGLISE NOTRE DAME DE FATIMA
************************************

Le 1er mai 2018, alors que l’Eglise catholique Notre Dame de Fatima dans le 6ème arrondissement de Bangui accueillait une cérémonie de promesse des membres de la Fraternité Saint Joseph, un groupe d’hommes armés y a fait irruption et projeté des grenades offensives sur les chrétiens réunis pour la circonstance.

Le bilan de cette attaque fait état de plus d’une dizaine de personnes tuées parmi lesquelles l’Abbé Albert TOUNGOUMALET BABA et d’une soixantaine de blessés.
Le Directoire Politique de la Convention Républicaine pour le Progrès Social (CRPS) condamne fermement ces violences inouïes et injustifiées qui ont endeuillé une fois de plus de nombreuses familles et créé la désolation parmi la population centrafricaine tout entière.
Le Directoire Politique de la CRPS exprime ses plus profondes condoléances et sympathie à toute la communauté catholique et aux familles durement éprouvées. Il apporte son soutien moral aux nombreux blessés et leur souhaite un prompt rétablissement.

Le Directoire Politique de la CRPS déplore les dérapages qui ont suivi cette attaque lâche et qui se sont traduits par l’érection des barrières en certains endroits de la capitale Bangui, la violation des locaux des hôpitaux et la destruction des biens des particuliers par des mécontents.
Le Directoire Politique de la CRPS appelle la population au calme, à cesser toutes vengeances et à rester vigilante face à la montée du terrorisme dans notre pays.
Le Directoire Politique engage le Gouvernement à rechercher et à traduire en justice les auteurs et complices de cette attaque lâche et violente sur des civils innocents.

Le Directoire Politique de la CRPS saisit cette opportunité pour rappeler au Président de la République, Chef de l’Etat et au Gouvernement que tous les mécanismes mis en place jusque-là pour ramener la paix en RCA n’ont pas marché, que le DDRR en particulier est un leurre et que s’ils n’envisagent pas de mesures fortes pour vaincre les velléités guerrières, ils paieront et feront payer au peuple centrafricain le juste prix de leur naïveté.

Le Directoire Politique de la CRPS déclare haut et fort qu’il n’y a pas d’alternative à l’usage de la force pour anéantir militairement les groupes armés et les terroristes qui ont envahi notre pays. Il estime que seuls l’inversement des rapports de force militaire en faveur des forces armées centrafricaines et la mobilisation de tout le peuple centrafricain autour d’un mot d’ordre patriotique constituent la condition sine qua none pour le retour de la paix et la stabilisation de la République Centrafricaine, actuellement en guerre.

Le Directoire Politique de la CRPS met en garde tous les groupes armés et leur demande d’arrêter toute forme de violence et d’activité de déstabilisation de la République Centrafricaine.

Fait à Bangui, le 02 mai 2018.

Pour le Directoire Politique,
Le Secrétaire National aux Affaires Administratives

Maurice LENGA

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *