.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.

Nation : M. Gréla – Mpoko et ses plus proches collaborateurs auditionnés dans l’affaire de détournement de 150 millions de Francs CFA….


Dans un article intitulé « M. Gréla – Mpoko, directeur général de la Socatel, empêtré dans une affaire de détournement de 150 millions de Francs CFA ? », les combattants de la liberté et de la démocratie ont alerté l’opinion nationale et internationale sur la gestion irrégulière, opaque et non orthodoxe de la subvention de l’Etat d’un montant de 150 millions de FCFA, versée à la Socatel et dont une partie devait servir au paiement des arriérés des salaires dus au personnel.

Selon des informations très proches du dossier, il a été révélé que non seulement aucun acte administratif, comptable et financier n’aurait été dûment établi pour justifier l’utilisation de ces fonds, mais surtout certaines gentilles indiscrétions ont murmuré que M. Gréla – Mpoko s’en serait suffisamment servi. A cela se serait ajoutée la non – disponibilité, dans les livres – journaux comptables et financiers de la Socatel, des écritures de la transcription des entrées nées des menues – recettes et de leurs sorties en terme de dépenses.

Des actes d’irrégularité manifeste de gestion qui ont immédiatement convaincu les nouvelles autorités de l’urgente nécessité d’y commettre une mission de contrôle, confiée à des experts en la matière relevant de l’inspection générale des finances. Celle – ci a effectivement démarré ses travaux de contrôle, de vérification et d’investigations, il y a déjà plus d’une semaine, avec les auditions de M. Gréla – Mpoko, de ses plus proches collaborateurs, et celles d’anciens directeurs généraux et d’un responsable de l’administration et des finances, admis entretemps à faire valoir ses droits à la retraite. Ensuite viendra la phase d’exploitation minutieuse de certaines pièces administratives, comptables et financières en leur possession. Enfin, cette mission s’achèvera momentanément avec la rédaction du rapport de fin de mission et sa transmission par la voie hiérarchique aux autorités compétentes.

Mais, au-delà de cette procédure purement administrative et technique, il est impératif, au nom de la politique de la rupture sur la base de laquelle le président Touadéra a été brillamment élu, que les autorités ayant courageusement pris sur elles la responsabilité d’instruire cette mission de contrôle puissent y donner suite afin de rassurer le peuple de leur volonté politique et de leur détermination à en finir avec ces pratiques éhontées de détournement et d’extorsions frauduleuses des fonds publics qui ne cessent d’être dénoncées par la presse et qui ne peuvent que décourager les partenaires au développement.

Rappelons que plusieurs dossiers de détournements de fonds à la Socatel dans lesquels seraient impliquées certaines autorités à ce jour revenues aux affaires, au plus haut sommet de l’Etat, sont encore pendant devant les tribunaux.

Jean – Paul Naïba

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *