.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.
Espace Publicitaire à louer

Onu : M. Onanga, optez pour la logique de la paix ou partez avant que M. Antonio Guterres ne vous démette !


Le nouveau secrétaire général de l’ONU persiste et signe en renouvelant son message en faveur de la paix. Quoi qu’il en soit, il ne pouvait tenir un autre discours, l’institution qu’il dirige depuis le début de cette année a été créée pour promouvoir la paix et la préserver. C’est en tout cas ce que stipule très clairement sa Charte. Mais entre ce texte et la réalité, le vide est parfois énorme ; il est même arrivé que des guerres soient menées au nom de l’ONU et que de nombreux plans de paix, souvent adoptés à l’unanimité par les membres du Conseil de sécurité, soient bloqués.

Un bien cruel paradoxe menaçant avec cette fois des guerres qui ne sont plus celles que le monde a connues, débordant rapidement de leur cadre géographique et atteignant des contrées éloignées. Du moins le croyait-on. C’est cette menace que de plus en plus de dirigeants mettent en évidence, comme en témoigne la guerre en Syrie à travers au moins le flux migratoire. Cela signifie-t-il une tout autre approche des conflits et pourquoi pas un retour aux «valeurs consacrées dans la Charte des Nations unies : la paix, la justice, le respect des droits de l’homme, la tolérance et la solidarité», comme l’a rappelé son nouveau secrétaire général ? C’était le 12 décembre dernier, lors de sa prestation de serment devant l’Assemblée générale de l’ONU. Voilà des mots qui doivent siffler très fort dans les oreilles d’un certain Onanga Anyanga qui, au lieu d’en finir avec les seigneurs de guerre et toutes les bandes, ne cesse de les entretenir, pour faire de la crise centrafricaine un véritable fonds de commerce.

Et M. Guterres de poursuivre et de souligner dans le même temps que «de nouvelles guerres ont éclaté et d’anciens conflits se sont rallumés» et que «les conflits sont plus complexes et interdépendants que jamais». Son bilan est tout simplement accablant et sans la moindre complaisance. Son prédécesseur n’en pense pas moins en soulignant, le 16 décembre dernier, que «le carnage en Syrie laisse un trou béant dans la conscience mondiale», parlant à ce sujet de «faillite collective». Est-il juste de mettre en cause l’institution internationale qui n’a fait que ce que ses membres l’autorisaient à faire ? Il donnait ainsi l’impression d’aller vers tous les spécialistes des conflits qui constataient à quel point l’ONU était non seulement marginalisée, mais plus simplement empêchée d’agir.

«On ne peut parler d’échec de la diplomatie internationale», faisait valoir un spécialiste, car l’ONU n’a véritablement rien entrepris. Un jugement sans appel, mais néanmoins fondé. Et il est inutile de se demander pourquoi y a-t-il autant de blocages, car cela renverrait à des considérations qui ne figurent dans aucun discours. En homme de terrain, Antonio Guterres s’est montré d’une extrême prudence dans un autre message disant vouloir faire de 2017 «une année pour la paix» et pas celle de la paix. Il n’a donc pas décrété la paix, mais il a développé, sinon rappelé le lien entre «la dignité et l’espoir, le progrès et la prospérité» qui dépendent de la paix et que celle-ci elle-même «dépend de nous». Une logique et même une évidence, les Etats demeurant les véritables acteurs des relations internationales. Le message est clair, le monde est encore menacé par les guerres. Et pis, la République centrafricaine, si les autorités légitimes continuent de caresser les criminels de la pire espèce dans le sens du poil, et si M. Onanga ne décide pas de changer le fusil d’épaule. Cette fois – ci, à son risque et péril. N’est – ce pas ?

Kassa Mongonda

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.