.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.

Renouvellement du bureau de l’assemblée nationale : Mapenzi du groupe parlementaire « Cœurs Unis » élu 1er vice – président


C’est la dernière information parvenue à la rédaction au moment où ces lignes sont en train d’être tracées. Jean – Symphorien Mapenzi, député de la circonscription de Bimbo 4 et candidat du groupe parlementaire dénommé « Cœurs Unis », membre de la majorité présidentielle, serait très bien placé pour devenir le prochain 1er vice – président de l’assemblée nationale.

Selon des sources généralement bien fondées, plusieurs facteurs militeraient favorablement en sa faveur  et au détriment de son challenger, Aurélien Simplice Zingas, député de Mobaye 2, et titulaire dudit poste.

Au premier rang de ces coups de force incontestables et incontestés du destin, il est fait  mention d’un accord tacite entre tous les groupes parlementaires et le président de l’assemblée nationale, Abdoul Karim Méckassoua, il y a aujourd’hui deux ans. Cette entente a formellement consacré une durée de deux mandats à son bureau dont fait partie le député Zingas. Celui – ci, ayant été élu deux fois successivement, ne peut plus être rééligible pour la troisième fois à ce poste, au regard des termes de l’accord sus – évoqué.

La mauvaise gestion, ayant caractérisé la durée des deux ans du mandat de ce bureau aux commandes de la deuxième institution de la République, constitue à n’en point douter le deuxième coup de main de la nature  à la candidature du député Jean – Symphorien Mapenzi. A ce propos, des langues se sont déliées pour affirmer que le président de l’assemblée nationale, Abdoul Karim Méckassoua à la tête de ce bureau, a brillé par la mal gouvernance, l’absence totale de transparence, le parti pris, le sectarisme, le clientélisme, le favoritisme et la corruption.

De la nomination des députés, ne sachant ni lire ni écrire, donc ne pouvant pas valablement représenter la République et défendre son image, son honneur et sa dignité dans le concert des nations, à des postes de responsabilité au parlement africain où siègent d’anciens ministres et au parlement des pays de grands Lacs, à des actes avérés de détournements de fonds publics par la dilapidation systématique des appels de fonds dans l’exécution des dépenses personnelles et étrangères aux intérêts de l’institution et leur substitution par des fonds spéciaux, en passant par le recrutement des jihadistes, comme le complice du mercenaire Assimeh, des parents, amis et connaissances, sans corrélation avec le plan d’effectifs, gonflant ainsi la masse salariale, les députés de la majorité présidentielle et ceux de tous les autres groupes parlementaires, à savoir l’Undp, l’Urca, le Mlpc, le Knk, et Mouni, ne sont pas passés par quatre chemins pour répertorier toutes les laideurs dont se sont rendus coupables Méckassoua et son bureau.

L’arrogance, le pédantisme et le sentiment d’autosuffisance régulièrement affiché par le président de l’assemblée nationale, tout au long de ces deux années d’exercice, ont fini par faire de lui l’ennemi public n°1 de tous les députés, sans appartenance politique, religieuse et clanique.

Sur ce sujet, aux dernières nouvelles, pour avoir manqué du respect à tous ses collègues députés, rejeter violemment la candidature de Mapenzi au poste de 1er vice – président et traiter tout le monde de moins que rien, les présidents des groupes parlementaires ont demandé et obtenu un conclave avec ce dernier, le mercredi 7 mars.

Au cours de cette rencontre, ils ont purement et simplement exigé sa démission pour son impartialité, son parti pris pour le camp Zingas, ses promesses fort démagogiques et sa propension à la cupidité et au dénigrement systématique de ses collègues.

Fort de ce qui précède, il apparait sans ambages que, quoique Mapenzi soit constamment diabolisé par ses détracteurs dans les journaux et sur les réseaux sociaux, le traitant de maraudeur, d’escroc et d’opérateur économique véreux, son histoire est en train de s’écrire autrement. Sauf des aléas de dernière minute, l’enfant terrible du quartier Fondo sera le prochain 1er vice – président de l’assemblée nationale, le candidat du Knk occupera la 2ème vice – présidence et celui de l’Urca, en la personne de Mézidio, la 3ème vice – présidence.

En somme, une stratégie très difficile  à battre pour la fin d’une ère, et en vue d’une nouvelle configuration de l’assemblée nationale, une nouvelle appréhension des missions dévolues aux représentants du peuple et une meilleure appréciation des maux dont souffre le peuple et dont est responsable le gouvernement.

De l’autre côté, curieusement rien ne bouge, si ce n’est la même chanson : les véhicules vont arriver et vous aurez 2 millions de Francs CFA, si les autres vous donnent 1 million de Francs CFA. Du pipeau et de la pure démagogie. Même le service de la communication se serait révélé incapable de soutenir la démarche de Méckassoua et  son équipe. Un véritable naufrage en perspective pour un ergonome, mais entouré par une bande d’arrivistes.

Affaire à suivre…. !

Jean – Paul Naïba

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *