.
.

La voix des sans voix en République Centrafricaine

.

Révélation : Les en – dessous des menaces persistantes de musèlement, de liquidation et de mort physique de Jean – Paul Naïba, vice – président du GEPPIC……


Depuis 9 jours, et faisant suite à la révélation qui m’ a été faite par M. Cyrus Emmanuel Sandy, directeur de publication du journal « Médias + », l’un des organes de la presse écrite les plus lus de la République et ci – devant président du bureau exécutif de l’association dénommée Groupement des Editeurs de la Presse Privée et Indépendante de Centrafrique en abrégé GEPPIC, chez lui, le 9 janvier 2017 à 13 h 46 mn, sur un grave complot ourdi contre ma personne et dont les auteurs sont connus d’après les dires de son informateur et qui doivent recourir au service des Anti – Balakas pour cette sale besogne, je ne cesse d’être l’objet de filatures et le sujet de débats de certains individus, dans  mon environnement plus ou moins direct ou indirect.

Je saisis cette occasion pour appeler à la sagesse et à la raison tous mes bourreaux dont les noms sont connus et qui relèvent du ministère des finances et du budget. Qu’ils aient tout simplement l’élégance intellectuelle de recourir au droit de réponse auquel la constitution leur donne plein droit pour rapporter les preuves contraires de mes analyses et dénoncer les contre – vérités contenus dans mes articles mis en cause.

Mais d’ores et déjà, je tiens à les informer officiellement par cette note et à alerter l’opinion nationale et internationale que mon article intitulé « Les en – dessous des menaces persistances de musèlement, de liquidation et de mort physique de Jean – Paul Naïba, vice – président du GEPPIC…… », résultante de sérieux recoupements et de profondes investigations, est déjà bouclé et transmis à qui de droit pour large publication. Par conséquent, cette note n’est qu’une mise au point préalable qui repose sur mon droit à la libre expression et à la liberté,  reconnu, consacré et garanti par la constitution du 30 mars 2016, et doit avoir le mérite de constituer sans ambages et sans fioritures une dernière mise en garde  dont la durée n’excédera pas deux (2) jours, à l’endroit de tous ceux qui veulent me museler, me menacer de  liquidation et de mort physique…Qu’ils rappellent donc à l’ordre et attachent définitivement leurs pit-bulls…ou qu’ils les lâchent contre tous les seigneurs de guerre et toutes les bandes armées qui ont mis la République en coupes réglées.

Jean – Paul Naïba

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *